Schulers Books Online

books - games - software - wallpaper - everything

Bride.Ru

Books Menu

Home
Author Catalog
Title Catalog
Sectioned Catalog

 

- Li Romanz de l'estoire dou Graal - 1/21 -


_Ci commence li R[o]manz de l'esto[i]re dou Graal_.

Savoir doivent tout pecheeur Et li petit et li meneur Que devant ce que Jhesus-Criz Venist en terre, par les diz Fist des prophetes anuncier Sa venue en terre, et huchier Que Diex son fil envoieroit Çà-jus aval, et soufferroit Mout de tourmenz, mout de doleurs, Mout de froiz et mout de sueurs.

A icel tens que je vous conte, Et roi et prince et duc et conte, Nostres premiers peres Adam, Eve no mere et Abraham, Ysaac, Jacob, Yheremyes Et li prophetes Ysayes, Tout prophete, toute autre gent, Boen et mauveis communément, Quant de cest siecle departoient, Tout droit en enfer s'en aloient. Quant li Deables, li Maufez, Les avoit en enfer boutez, Gaaigniez avoir les quidoit Et en ce adès mout se fioit. Les boennes genz confort avoient Ou Fil Dieu, que il attendoient. Lors si plut à Nostre-Seigneur, Qu'il nous féist trestouz honneur Et qu'il en terre descendist Et nostre humeinne char préist; Dedenz la Virge s'aümbra, Tele com la voust la fourma; Simple, douce, mout bien aprise, Toute la fist à sa devise. Pleinne fu de toutes bontez, En li assist toutes biautez; Ele est fleiranz comme esglentiers; Ele est ausi com li rosiers, Qu'ele porta la douce rose Qui fu dedenz sen ventre enclose. Ele fu Marie apelée, De touz biens est enluminée; Marie est dite, mer amere; Fille Dieu est, si est sa mere; Et Joachins si l'engenra, Anne sa mere la porta, Qui andui ancien estoient. Onques enfant éu n'avoient; Meis mout en estoient irié, Et Diex leur eut tost pourchacié Par son angle, qu'il envoia A Joachym, quant il ala Ou desert à ses pastouriaus; Et demoura aveques aus, Pour ce que courouciez estoit De s'offrande que li avoit L'esvesque ou temple refusée, Pour ce que n'avoit engenrée Nule portéure en sa fame, Ki estoit de sa meison dame. Ce dist l'angles à Joachyn: «Va tost, si te mest au chemin, Que Diex le t'a par moi mandé; Et se m'a-il mout commandé Enseurquetout que je te die Ta volentez iert acomplie, Car tu une pucele aurras, Et Marie l'apeleras. D'Anne ta fame iert engenrée, En son ventre saintefiée, N'en sa vie ne pechera Tout son aage que vivra. De ce ne soies esperduz; Et que j'en soie mieux créuz, Par Jherusalem t'en iras Et à la porte enconterras Ta fame, puis vous en irez En vo meison et si serez Ensemble comme boenne gent: Ainsi avendra vraiement.» Le pueple que il feit avoit D'Evein et d'Adam, couvenoit Raieimbre et giter hors d'enfer Que tenoit enclos Lucifer Pour le pechié d'Adam no pere, Que li fist feire Eve no mere Par la pomme qu'ele menja Et qu'ele son mari donna.

Entendez en quantes mennieres Nous racheta Diex nostres peres: Li Peres la raençon fist, Par lui, par son fil Jhesu-Crist, Par le Saint-Esprit tout ensemble. Bien os dire, si con moi semble, Cil troi sunt une seule chose, L'une persone en l'autre enclose. Diex voust que ses fiuz char préist De la Virge et que de li naschist, Et il si fist puis que lui plust; Pour rien contredist ne l'éust. Cil Sires, qui humanité Prist en la Virge, humilité Nous moustra grant quant il venir Daigna en terre pour morir, Pour ce que il voloit sauver L'uevre son pere et delivrer De la puissance L'Ennemi, Qui nous eut par Eve trahi. Quant ele vit qu'ele eut pechié, Si ha tant quis et pourchacié Que Adans ses mariz pecha; Car une pomme li donna Que Diex leur avoit deveé Et trestout l'autre abandonné; Meis il tantost la mist au dent Et en menja isnelement. Et tantost comme en eut mengié, Pourpensa soi qu'il ot pechié; Car il vit sa char toute nue, Dont il ha mout grant honte éue. Sa fame nue véue ha, A luxure s'abandonna. Après ce coteles se firent De fueilles, qu'ensemble acousirent. Et quant Nostres-Sires ce vist, Adan apele et si li dist: «Adan, où ies-tu?»--«Je sui çà.» Tantost de delist les gita, Si les mist en chetivoison Et en peinne pour tel reison.

Eve eut conçut, si enfanta A grant doleur ce que porta, Et li et toute sa meisnie Eut li Deables en baillie; A la mort les vout touz avoir. En enfer les covint mennoir Tant com Diex le vout, et ne plus, Qu'il envola sen fil çà-jus Pour saver l'uevre de son père; Si en soufri la mort amere. Pour ce besoing prist-il no vie Ou ventre la virge Marie, Et puis en Bethleem naschi De la Virge, si cum je di. Ceste chose seroit greveinne A dire, car ceste fonteinne Ne pourrait pas estre espuisie Des biens qu'a la virge Marie.

Dès or meis me couvient guenchir A ma matere revenir, De ce que me rememberrai, Tant cum santé et povoir ei. Voirs est que Jhesus-Criz ala Par terre; et si le baptisa Et ou flun Jourdein le lava Sainz Jehans, qu'il li commanda Et dist: «Cil qui en moi creirunt, En eve se baptiserunt Ou non dou Pere et dou Fil Crist Et ensemble dou Saint-Esprist, Que par ice serunt sauvé, Dou povoir l'Anemi gité, Tant que il s'i remeterunt Par les pechiez que il ferunt.» A sainte Eglise ha Diex donné Tel vertu et tel poesté. Saint Pierres son commandement Redona tout comunalment As menistres de sainte Eglise, Seur eus en ha la cure mise: Ainsi fu luxure lavée D'omme, de femme, et espurée; Et li Deables sa vertu Perdi, que tant avoit éu. A bien peu .v. mil anz ou plus Les eut-il en enfer là-jus; Meis de tout son povoir issirent, Dusqu'à tant que il s'i remirent; Et Nostres-Sires, qui savoit Que fragilitez d'omme estoit Trop mauveise et trop perilleuse Et à pechié trop enclineuse (Car il couvenroit qu'il pechast), Vout que sainz Pierres commandast De baptesme une autre menniere: Que tantes foiz venist arriere A confesse, quant pecheroit,


Li Romanz de l'estoire dou Graal - 1/21

    Next Page

  1    2    3    4    5    6   10   20   21 

Schulers Books Home



 Games Menu

Home
Balls
Battleship
Buzzy
Dice Poker
Memory
Mine
Peg
Poker
Tetris
Tic Tac Toe

Google
 
Web schulers.com
 

Schulers Books Online

books - games - software - wallpaper - everything